dimanche 17 avril 2016

Je ne sais pas écrire quand tout va bien

Peut-être parce que l'écriture m'a toujours été le plus utile pendant les périodes les plus difficiles de ma vie. Je me souviens avoir parfois abandonné mon blog, simplement parce que je n'avais plus rien à y raconter. En fait, je pense que je n'utilise l'écriture que pour me sentir mieux. Me délivrer de poids. Apporter de l'importance à mon vécu, je ne sais pas. 


Ces temps-ci, ma vie est très remplie. Pas forcément par rapport à ce que voudrait la "normalité" chez les gens de mon âge, mais j'ai commencé l'année scolaire avec pour objectif de ne plus dire "non" aux gens, de m'ouvrir d'avantage, pas pour gagner en popularité, pour gagner en rapport avec les gens, puisque depuis l'adolescence je n'ai fait que voir les gens me quitter : mes amies s'en aller, mes amoureux vivre loin de chez moi, mes aspirations être à l'opposé de celles de ceux que je connaissais... 

Je n'ai pas eu, cependant, envie de renoncer à mes envies, à ce que je juge être la bonne voie pour moi. Je n'avais pas envie de suivre des gens, je ne voulais pas avoir à le regretter. Au final, les personnes qui en valent le coup, alors même qu'elles vivent à des kilomètres, ou qu'elles vivent leur vie à un rythme totalement différent, ont su garder leur place dans ma vie. Elles sont peu nombreuses, ces personnes là, certes, mais ce sont des personnes de confiance, et je pense qu'on en a tous besoin de quelques uns. 

Globalement, ces derniers mois ont été remplis de rencontres, d'expériences nouvelles. C'est un peu comme si j'avais enfin osé être courageuse, dire oui, m'en foutre du qu'en dira-t-on (étape importante, puisque ma famille ne jure que par ça), relativiser, aussi. Je le dis peut-être chaque année, mais j'ai toujours l'impression de gagner en liberté, et je crois que c'était un peu exponentiel cette année. 

Quand je me remémore toutes les choses nouvelles qui m'ont été données d'expérimenter, toutes les personnes qui se trouvent aujourd'hui autour de moi, j'en suis un peu émue parce que la situation est drastiquement différente de ce qu'elle était l'été dernier. 

En conséquence, j'écris moins. Parce que je n'en ressens pas le besoin de la même manière, ça me manque, c'est tellement agréable comme activité, c'est la plus vieille activité que je connaisse. Mais je n'en ai pas toujours le temps, pas toujours les idées. J'ai, je pense, besoin de revoir un peu les objectifs de ce blog, pour l'adapter un peu davantage au format qui me serait plus agréable. 

En attendant de faire cette transition, les types d'articles qu'on retrouve ici vont peut être changer. Je ne sais pas si j'ai envie de rester toujours dans le journal intime ou si je vais partir dans l'idée de faire de ce blog un projet un peu plus réfléchi. Après tout c'est mon seul blog, j'ai bien le droit de me poser la question. 

A très bientôt avec de nouvelles idées je l'espère, 

Love always,

4 commentaires:

  1. Coucou ma belle !
    Je me reconnais pas mal dans ce que tu dis par rapport au fait que c'est difficile d'écrire quand on va bien. J'utilisais beaucoup mon blog de cette manière au tout début et quand j'ai décidé d'arrêter d'écrire sur les "choses tristes", j'ai réalisé que je n'avais plus rien à raconter. Ca m'a pris un peu de temps finalement pour trouver ce qui me plaisait et ce à quoi je voulais que mon blog ressemble. J'ai le sentiment d'avoir enfin trouvé !
    Poses-toi les bonnes questions, fais des tests, tu trouveras une deuxième plume :)

    A bientôt xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton encouragement ! Le temps me manquait aussi, j'avais envie de bien faire en cours alors je pouvais même pas prendre le temps de réfléchir à la direction que j'ai envie de donner au blog... Je vais essayer de le faire dans les jours à venir :)
      Plein de bisous !

      Supprimer
  2. Après tout, un blog c'est un peu comme un journal intime : c'est fait pour te défouler aussi. Et la plupart du temps, on veut plus tout mettre sur du papier, quand on va mal et qu'on a personne qui peut nous comprendre dans notre entourage.
    Donc personne ne pourra t'accuser d'écrire moins quand tu es heureuse :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai, je n'ai pas pour autant envie qu'il n'y ait que ça sur mon blog, mais je pense qu'on ne peut pas se forcer à écrire quand on n'y arrive pas... !

      Supprimer

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !