jeudi 12 novembre 2015

La tête hors de l'eau

J'avais déjà mentionné le fait que j'avais commencé à consulter une psy pour pouvoir un peu me libérer de toutes les choses qui me pèsent dans mon quotidien et dont je ne parle que trop peu. J'étais, je pense, entrée dans une espèce de cercle vicieux de renfermement sur moi-même, je me noyais dans ma propre détresse. Et puis, à un moment, on m'a tendu une perche et j'ai pu regagner la berge. Je suis très reconnaissante à la personne qui était là pour moi à ce moment là, et qui l'est toujours. Je ne sais pas trop comme elle a fait pour me faire autant me livrer alors qu'on se connaissait si peu, mais ça m'a fait beaucoup de bien d'ouvrir les vannes et de me sentir épaulée. C'était il y a deux mois environ, maintenant. 

photo : we heart it
Depuis, j'ai eu seulement quatre consultations avec la psy, donc à raison d'une toutes les deux semaines. Globalement, je vois ces séances comme une double écoute. L'écoute d'une personne totalement extérieure à ma vie et puis ma propre écoute, à savoir que je ne prépare absolument pas ce dont je vais lui parler, et que je découvre ce vers quoi va mon débit de parole en même temps qu'elle. Ca me fait voir un peu l'évolution de mes préoccupations. C'est plutôt utile.

J'ai pu voir que mes soucis familiaux étaient à peu près rentrés dans l'ordre, peut-être de manière seulement temporaire, toujours est-il que j'ai compris ce qui faisait que la période était "à risque de crise" ou non. J'ai pu voir que je pense davantage à mon présent, aussi, que je ne cherche plus aussi désespérément à fuir ma propre vie pour échapper à mes soucis, en me projetant inutilement dans un futur incertain. J'ai pu voir également que j'ai réussi à trouver la force de nager, et plus seulement d'attendre qu'on me tende une perche quand j'ai l'impression de couler : j'ai envie d'aller vers les autres, je n'attends plus. Je ne veux plus jamais attendre. 

La motivation est revenue. Elle est un peu fragile, certes, mais elle est là, je sais ce que j'ai à faire, et j'ai envie de le faire. J'agrémente ma vie de petits loisirs qui n'empiètent pas trop sur mes cours pour autant : j'ai repris la guitare, je me permets une série de temps en temps, des sorties également. Pas beaucoup de lecture, puisque je fais mes trajets majoritairement en vélo... et puis sans oublier mes petites sessions de babysitting qui restent très amusantes et attendrissantes. 

Ouf. Je vois le bout du tunnel. 

Certaines choses restent cependant douloureuses. Ma rupture, notamment. Je lui parle toujours, je sens sa douleur, et je ressens la mienne. Seulement, je pense toujours qu'il est mieux pour le moment d'en rester là. J'éprouve toujours beaucoup d'affection pour lui. Je n'ai aucune envie qu'il en souffre trop longtemps. Mais ça ne marchait plus, en tout cas ça a fait empirer mon mal-être, et je me dis que c'est tout simplement qu'on ne se correspondait pas suffisamment pour qu'il puisse m'aider dans ces moments là. C'est seulement ça.

Enfin bref, je sors la tête de l'eau. Tout le buste, même. Le prochain rendez-vous est prévu en janvier, jugeant qu'il ne se passait rien de particulier en ce moment. Continuons sur cette lancée. 

Portez vous bien,

Love always,

15 commentaires:

  1. Joli témoignage, je te souhaite d'aller de l'avant, mais en parler c'est déja un premier pas positif

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nadja, j'ai en effet pris l'habitude d'en parler ici, et je ne regrette pas, car dans ma vie de tous les jours je n'ai pas l'occasion d'en parler, c'est un soulagement de pouvoir le faire ici.

      Supprimer
  2. Parler à quelqu'un d'extérieur, qui ne juge pas ou nous amène, par la parole, à avancer est quelque chose de très positif. Je crois que quand on s'en sent capable, il ne faut pas hésiter car les bénéfices qu'on en tire pour soi, pour sa vie, sont vraiment positifs.
    Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je recommande vraiment à tout ceux passant par une période difficile de leur vie de trouver une échappatoire de ce genre. Merci à toi !

      Supprimer
  3. Pas facile de sortir d'une phase de dépression ... Mais tu as des gens pour t'aider, tu es à ton écoute aussi et c'est top.

    RépondreSupprimer
  4. Tout d'abord je tenais à te dire que ton article est superbe et courageux :)
    J'ai moi même débuté une psychothérapie il y a 15 jours. J'ai une séance par semaine pour commencer. Et en seulement 2 séances elle a déjà cerné pas mal de trucs, c'est bluffant..
    Et je me suis totalement reconnue dans ce que tu as écrit concernant la double écoute. Elle analyse ce que je dis, mais moi aussi je cogite avant, pendant et après. J'apprends petit à petit à m'écouter et à prendre conscience de qui je suis.
    je te souhaite de millions de choses pour la suite. Et si jamais tu veux discuter, je suis là :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton adorable message ! Comme toi, j'ai vraiment le sentiment d'apprendre à me connaître à travers ce que je dis. J'espace maintenant les rendez-vous pour me concentrer sur mon présent, je pense que la crise est passée. J'espère que ça restera le cas longtemps. Et je te souhaite la même chose <3
      Bisous !

      Supprimer
  5. Je suis tellement d'accord avec le principe de double écoute. Le plus souvent, après la séance, je réfléchissais à ce que j'avais dit. Le fait de dire des choses à haute voix, des choses qui sont parfois un peu enfouies, ça fait vraiment du bien et ça libère. J'ai eu le malheur d'arrêter mes séances (psychologue & psychiatre) parce que j'avais la flemme et que c'était surtout très épuisant (je suis souvent sortie du bureau tremblante). Après, même si je me sentais soulagée, je n'avais pas vraiment l'impression que ça allait réellement mieux.
    J'espère que cela te fera beaucoup de bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ce que tu veux dire, c'est très éprouvant de parler de ce qui nous pose vraiment problème... moi aussi, j'étais toute chamboulée après coup, alors que ça ne dure qu'une vingtaine de minutes... ça ravage d'autant fourrager dans ses douleurs. Je ne sais pas si j'arrêterai, peut-être vais-je tenter une autre approche, mais pas pour le moment, pour le moment j'ai juste besoin de me focaliser sur l'instant présent, avec mes cours, mes amis...
      Bisous à toi <3

      Supprimer
  6. Coucou :)
    Je découvre tout juste ton blog et je viens de lire cette article ainsi que quelques autre.
    Je comprends complétement ce que tu traverse ayant moi même été comme çà.. Voir encore maintenant?! C'est difficile mais on y arrive avec le temps.
    En tout cas enchanté de faire ta connaissance <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enchantée de même et merci pour ton intérêt <3
      Je laisse le temps faire son oeuvre, j'essaie de me focaliser sur l'instant présent :)
      Plein de bisous à toi <3

      Supprimer
  7. Moi aussi, je vois un psy, et je suis contente de voir que tu t'en sors mieux que moi ^^
    Il faut pas perdre espoir !
    Je suis de tout cœur avec toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est qu'une question de temps, j'ose espérer que ça ira pour toi dans les temps à venir, chaque personne fonctionne à son rythme, il faut être patient avec soi-même, indulgent. :)
      Merci pour ton adorable message, je te souhaite d'aller mieux également, plein de bisous <3

      Supprimer
  8. joli message, espérons que ça continue... c'est tellement difficile d'être bien , complètement bien dans sa peau, sans limite, sans tabou, avec juste l'envie de vivre

    RépondreSupprimer

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !