lundi 5 octobre 2015

It's been a while

Il s'est passé beaucoup de choses depuis la dernière fois. Je n'ai pas eu le temps ni d'écrire ni de réfléchir à ce que j'allais écrire ici. Mais je peux dire, sans trop vouloir entrer dans les détails, que ma vie a suivi un virage en l'espace de ces quelques jours. 

photo : we heart it
J'ai effectué le choix des stages et donc ce semestre je me retrouve en médecine interne (la spécialité de Dr House, tmtc) et en chirurgie ophtalmologique. J'étais censée commencer les cours lundi dernier mais à bien y réfléchir, au vu du volume horaire et de mes indisponibilités notoires (babysitting et vie sociale obligent) j'ai pris la décision de me contenter du système de Ronéos ce semestre (c'est un système mis en place pour que chaque semaine soit distribué aux étudiants les notes de cours de la semaine précédente, faits par un binome parmi la centaine de binomes de la promo – c'est très bien fait, cours mis en page de manière standardisée, pris mot à mot ou presque et avec des schémas ou des notes additionnelles selon la motivation des élèves, et ça permet de rendre la présence aux cours magistraux facultative). 

Parce que bon, 5h de suite par jour le cul sur les chaises inconfortables des amphis et devoir renoncer à des après-midi tranquilles... non. Pas cette année. J'ai besoin d'avoir le temps, de prendre mon temps, de voir des gens. Du coup les premiers Ronéos seront disponibles ce jeudi, mais les TD ont commencé aujourd'hui, ainsi que les demi-journées de stage. Mais je regarde mon emploi du temps de manière plus sereine. 

La semaine dernière, jeudi, pour être exacte, j'ai eu mon premier rendez-vous avec la psychiatre. C'était étonnamment déstabilisant comme expérience. On arrive, on dit bonjour, on s'assoit et... 
« – Qu'est-ce qui vous amène ?
– Euhm... eh bien... par où commencer... »
Je n'ai pas voulu réfléchir à quoi dire à l'avance, je me suis dit qu'un peu de spontanéité serait plus profitable. Et j'ai commencé par le commencement, c'est-à-dire ce qui mes angoisses du moment, par rapport à mes études, et le lien étroit qu'elles entretiennent avec ma condition familiale délicate. Je n'ai pas eu le temps de tout dire, bien sûr, il y a tellement à dire rien que sur ce point là... J'aborderai d'autres points délicats de ma courte et fragile existence plus tard, le temps qu'elle cerne un peu mon personnage et qu'elle comprenne les raisons principales du pourquoi je suis telle que je suis et pourquoi j'en fais les frais. 

Je disais que je n'avais pas écrit ces derniers jours, mais en vérité j'ai tout de même veillé à tenir à jour mon journal intime, celui dans lequel je parle de tout ce qu'il se passe dans ma tête à chaque instant de ma vie. Il y a eu matière à écrire et à réflexion ces derniers jours. Ca m'a aidée à voir un peu plus clair dans le bordel de mes préoccupations. J'atteints déjà presque la moitié du journal. 

Il y a eu matière à écrire car j'ai passé beaucoup de temps à voir de nouvelles personnes, me lier d'amitié et me confier et discuter de ce qui m'angoissait et ce qui me pesait. Notamment l'une de ces personnes qui a été celle qui m'a décidée à prendre rendez-vous. Parce que j'ai fondamentalement besoin de m'alléger l'esprit et la conscience pour travailler à la réalisation de mes ambitions. 

Voilà, en gros. J'ai l'impression d'être déjà en train de changer. Je vis mon introversion différemment, et ça me soulage en partie. Mais j'ai encore du travail à fournir pour aller sensiblement mieux. 

Je vous embrasse, portez vous bien,

Love always, 

2 commentaires:

  1. Je commençais à m'inquiéter ma belle ! Je suis contente d'avoir de tes nouvelles <3.
    Je suis super fière de toi pour ce premier rendez-vous ! C'est fou comme je t'envie... pas de courage moi...
    En fait, j'aimerais bien en consulter un mais je ne veux pas que ma mère soit mise au courant mais avec les histoires d'assurance et tout, je suis toujours sur la sienne :/.

    Enfin bref, ça a dû te faire beaucoup de bien ! :)

    Bon courage pour la suite <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ma ville y a une espèce de centre étudiant qui te permet d'y avoir accès gratuitement, donc je suppose que ça n'apparaît pas dans ensuite dans le courrier de ma mère (comme toi je suis sur son assurance). Donc peut-être que ça doit exister également par chez toi...
      Et sinon, c'est trop tôt pour le dire, si ça me fait ou non du bien... c'est dépaysant de prime abord et ça m'a confronté directement à mes problèmes, le fait d'en parler à un spécialiste, du coup c'est assez dur émotionnellement... mais j'espère que ça donnera quelque chose sans quelques semaines... !

      Bisous à toi <3

      Supprimer

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !