mercredi 12 août 2015

Je suis une personne introvertie... qui veut essayer de changer

Ca fait un moment que je n'ai plus cherché à explorer un aspect de ma vie ou de mon caractère dans ce fameux label de la "Chronique du Mercredi". Mais hier soir, alors que je me motivais à marcher davantage en descendant du tramway quelques stations plus tôt que prévu, je me suis mise à remarquer quelque chose que je faisais fréquemment quand je croisais des inconnus, quel que soit l'endroit : je regarde le sol. 

photo : we heart it
Je ne lève que très rarement les yeux sur les inconnus. Je pensais que c'était en partie parce que je ne trouve pas ça spécialement poli, mais je le fais même avec les contrôleurs de titre de transport, leur rendant leur bonjour sans regarder leur visage. De fil en aiguille, j'en suis venue à la conclusion que ce réflexe qui me faisait éviter tout contact visuel devait davantage prendre racine dans ma réserve naturelle, mon côté ultra introvertie, plutôt que dans une forme (douteuse) de politesse. 

Est-ce qu'une blogueuse peut se dire introvertie ? Tenir un blog n'est-ce pas une forme de jardin secret qu'on entretient ? Après tout, la plupart des blogueuses – notamment les blogueuses humeurs – sont plutôt anonymes, partageant leur quotidien, certes, mais le partageant avec une majorité absolue d'inconnus sur la toile, en tout anonymat, donc.

Bloguer, c'est une façon de se creuser soi-même et en même temps, se creuser une sorte de face cachée visible uniquement par des personnes n'ayant pas une influence directe sur nous-mêmes... On est protégés par un écran, un pseudo. 

Notre blog reste un monde fermé, au final, même si dans la forme, il s'expose à tous.

photo : tumblr
Je me sens comme une personne introvertie parce que j'ai pris l'habitude de garder mes problèmes pour moi-même. La solution que j'ai trouvé pour les gérer, c'est de les évacuer dans des billets de blog. Sans trop de détails, mais suffisamment tout de même pour qu'on comprenne où je veux en venir et pour que ça me soulage efficacement. 

Je me sens comme une personne introvertie parce que, finalement, les personnes de mon entourage ne savent qu'un certain pourcentage de ce que je livre ici. Et que les lecteurs de ce blog, lecteurs de l'ombre ou lecteurs assumés, ne savent également qu'un certain pourcentage de ce que je suis IRL. Ce qu'on sait de moi est contrôlé dans cette espèce de balance qui me permet d'avoir une certaine protection. 

Je me sens comme une personne introvertie, enfin, parce que je me sens différente de la définition qu'on se fait des personnes extraverties. Parce que je ne suis pas hyper active socialement, ni même en famille, que je me contente de peu de connaissances, d'encore moins d'amis, et d'une seule et unique meilleure amie. Parce que je passe facilement 60 à 80% de ma journée en tête à tête avec moi-même et que de ce fait, je gère la majorité de mes soucis, mes décisions, mes solutions, seule. 

Je peux être très bavarde sur ce blog, je suis d'ailleurs plutôt bavarde, mais je n'en dis pas tellement sur moi-même, ou alors sans trop mettre d'importance dans d'éventuels retours, parce que j'ai l'habitude d'avancer seule.

Je me protège plutôt bien, mais toute façon de vivre est à double tranchant, et dans mon cas, il s'agit du risque de passer à côté de beaucoup de choses d'ordre social. Peut-être que c'est de là qu'est né mon blog et mon attrait pour le net en général, une envie d'entretenir une forme de socialisation dans ma vie. Mais afin de ne pas avoir de regret, il est important que j'essaie dorénavant de lever les yeux et de regarder les gens. De voir ce que ça donne IRL. 

J'ai un peu l'impression de lancer une opération commando socialisation d'une pseudo-misanthrope. 

Allons donc voir ce que ça donne en dehors de l'internet douillet et confortable. L'année scolaire 2015-2016 sera mon terrain d'entrainement. Et mon blog me servira de support des rapports de mes missions de socialisation. Ca aura le mérite d'être rigolo à lire. 

Est-ce que vous aussi vous vous caractérisez comme introverti ? Avez vous tenté d'inversé la tendance ? Qu'en pensez-vous ?
Ceci vous intéresse-t-il comme projet de blog au courant de l'année ? Des conseils à me donner ?

Portez-vous bien, 

Love always, 

22 commentaires:

  1. Je n'ai pas spécialement de conseils à te donner, je me retrouve beaucoup beaucoup dans ce que tu écris. Je te conseille juste d'oser, de saisir les opportunités, de ne pas te laisser t'enfermer dans ta solitude, même si c'est tentant (je le sais très très bien...), et d'oser affronter ta peur du regard, à force de le faire on s'habitue :) Et c'est une très bonne idée de vouloir profiter de l'année scolaire pour t'ouvrir plus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire, comme tu l'as dit c'est vraiment très tentant de rester dans sa solitude... le premier pas est toujours le plus difficile. Reste à voir comment cette année va se présenter ! :)

      Supprimer
  2. C'est un billet très intéressant :) Je me considère également introvertie, mais pour une raison différente de la tienne (quoique je te rejoins sur le fait que j'en dis très peu sur moi). En "société", je suis quelqu'un de très sociable, je n'ai aucun mal à rencontrer et à communiquer avec les autres et de manière générale, je suis à l'aise. Du coup, beaucoup de gens pense que je suis TOUT sauf quelqu'un d'introverti. Sauf que ce n'est pas ça. Il y existe beaucoup de personnes introverties qui sont très à l'aises, très bavards (sauf que l'introverti est souvent fiché comme celui qui ne parle pas, qui réfléchit trop ou qui est très renfermé - c'est parfois le cas - mais pas tout le temps). Personnellement, je me considère comme introvertie car malgré tout, je suis quelqu'un qui adore (de manière extrême) être seule. C'est un besoin, comme boire ou manger. Si je devais choisir entre être avec des gens ou être seule, je choisirai d'être seule. Je préfère également voyager seule. Je hais la foule plus que quiconque. Ca ne m'empêche, par exemple, d'aller en soirée mais les gens peuvent être sûr que les 6 jours qui vont suivre, je serais dans ma bulle, chez moi, sans avoir envie de voir personne. Plus simplement, je dirais qu'être avec les autres me prend énormément d'énergie, et plus je sociabilise, plus ça m'épuise. Les personnes extraverties sont différentes dans le sens où elles ont "besoin" des autres.
    Au début, ça me dérangeais, j'avais l'impression d'être une sociable associable (compliquée hein ?). Mais je l'ai totalement acceptée, et mes amis l'ont compris. J'apprécie la compagnie pendant un temps, mais j'ai besoin qu'on me laisse seule le reste du temps. C'est comme ça, et il n'y a rien de mal à être introvertie (un quart de la population l'est !). L'important c'est de comprendre qui on est (je deviens philosophe et chiante là...) et de l'accepter. Du moment où j'ai compris que j'étais du type introverti (sachant que l'on est jamais 100% l'un ou l'autre), c'est devenu beaucoup plus simple.
    Voilà voilà :) C'est plus un racontage de vie que d'un réel conseil mais c'est mon point de vue :) Tu peux faire des efforts et t'ouvrir à de nouvelles relations, à de nouvelles choses, mais il faut que tu le fasses parce que tu en as envie, sans te forcer. Comme je l'ai dit, il n'y aucun mal d'être quelqu'un d'introverti (j'ai lu un livre très intéressant à ce sujet si jamais, c'est "La force des introvertis" et c'est le meilleur livre que j'ai lu à ce sujet).
    Bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ! Merci pour ta longue réponse, je me suis trouvé un point commun avec toi, le fait d'avoir besoin de moments seule avec moi-même assez souvent, ce qui expliquerait en partie l'incompréhension des autres et le fait que je ne me fasse pas d'amis facilement. J'ai eu un ami qui m'a fait cette remarque, une fois. Il était toujours prompte à me proposer des choses sympa à faire de temps en temps, mais je refusais, alors que je n'avais rien de spécial à faire pendant tout un weekend, je préférais simplement le passer entièrement chez moi, ou en tout cas seule !
      Merci pour ton partage, ça me fait comprendre plus spécifiquement ce dont j'ai envie pour cette année à venir. J'ai envie de socialiser davantage, connaitre des personnes, parce que je suis très humaine comme fille, quand bien même je passerais la majorité de mon temps en solitaire. Je n'ai pas envie de changer drastiquement de façon d'être, je sais que j'ai besoin de rentrer dans ma bulle plusieurs fois par semaine, même si une fête a lieu à deux pas de chez moi et que j'y suis invitée. Mais un peu de socialisation en soirée, une de temps en temps, quand ça se présente à une bonne période, ça me changerait certainement les idées !
      Et merci pour la suggestion de lecture, je me renseigne là dessus de ce pas ! Bisous à toi !

      Supprimer
  3. Je suis aussi très introvertie. Je parle également très peu de moi et je pense en effet que le blog permet d'extérioriser un peu tout ce qui se passe à l'intérieur.
    Je me sens souvent complexée face aux personnes extraverties et puis finalement j'essaye d'accepter ce trait de caractère et de vivre avec.
    C'est pas facile tous les jours, mais je suis sure qu'on y arrivera ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les personnes extraverties on l'air de vivre pleinement et de pas se soucier de tout ce qui nous tourmente à nous, mais faut se dire que chaque chose a son lot d'avantages et d'inconvénients... Je sais pas si je les envie réellement, en y réfléchissant je me dis que je n'aurais pas pu être autrement, que ça correspond à la vie que je mène depuis toute petite... et j'arrive à trouver mon bonheur simplement. Mais maintenant que je suis un peu plus adulte, je me dis que je peux tenter de profiter des petites choses qui me font envie dans la vie sociale des autres, les soirées, les rencontres, l'inattendu... voilà. :)
      Ca sera sans doute à petites doses, mais c'est déjà ça !

      Supprimer
  4. Tout comme toi, lorsque je croise quelqu'un dans la rue, je n'arrive pas à le regarder, je baisse systématiquement les yeux. De même, lorsque je parle à quelqu'un, j'ai du mal à le regarder dans les yeux, j'ai remarqué ça il y a peu.. C'est assez étrange, je pense que c'est à cause de ma timidité et de mon manque de confiance en moi.. C'est très gênant même..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je trouve ça aussi gênant, le regard est important en société, il ne devrait pas rester baissé.

      Supprimer
  5. Bonjour Safia
    Nelly a parfaitement résumé ce que peut être l'introversion. Il s'agit avant tout d'une question de gestion de son énergie et comment nous faisons pour recharger nos batteries. Je dis "nous" car, si ce billet m'a interpellé, c'est qu'on fait partie de la même caste ;-)

    L'introversion est en effet une "tendance" que certaines personnes ont pour alimenter leur énergie vitale. C'est simplement plus facile pour nous d'agir sur ce mode; un peu comme un droitier qui écrit de la main droite et un gaucher avec la main gauche.
    Il est vrai que cette tendance n'est pas forcément en adéquation avec la mouvance de notre société prônant la multiplicité des contacts et des activités. Toujours est-il qu'être introvertie n'est pas un gros mot et qu'une fois acceptée et utilisée avec talent, l'introversion s'avère être une belle porte d'entrée vers le développement de sa richesse intérieure.

    A bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Christophe,
      Merci pour ton commentaire, je reconnais que celui de Nelly m'a apporté pas mal de lumière sur mon introversion, je n'avais jamais envisagé ça comme une manière d'alimenter mon énergie vitale, mais c'est vrai que quand j'ai des petits moments de solitudes et que je m'y laisse aller, je me sens beaucoup plus d'attaque par la suite. Comme tu le dis, être introverti n'est pas une tare, bien que beaucoup de gens ne le comprennent pas, notamment nos contraires, les extravertis, qui ont tendance à dire que leur vie est tellement géniale que la notre ne peut qu'être infiniment triste (c'est véridique comme propos, j'en ai fait plusieurs fois les frais). C'est plutôt ça, en vérité, qui fait qu'on se pose des questions quant à notre "normalité". Pourtant, je considère vraiment que cette tendance que j'ai à l'introversion me permet de m'enrichir intérieurement, car je passe des heures à m'analyser, analyser ma vie et celle des autres, prendre en compte tout ce qui m'entoure sans forcément y participer, utiliser des outils comme la lecture, l'écriture, le dessin, la musique, etc... pour ajouter une dimension à tout ça... C'est ma définition du bien-être, ça peut ne pas être celle de tout le monde, mais c'est la mienne, et il est idiot qu'on remette en question ce que je sais me faire du bien sous-prétexte que ça rend triste d'autres personnes...

      A bientôt :)

      Supprimer
  6. Tu pourrais peut-être être intéressée par le MBTI. Il s'agit d'un typage de personnalité basé sur les travaux de Karl Gustav Jung (un des pères de la psychologie moderne, qui s'est dissocié des travaux de Freud).
    Son modèle se base sur des fonctions cérébrales qui se développent au cours de la vie. Elles forment les préférences cérébrales (pensée, ressenti, sensation, intuition) et s'établissent dans l'introversion ou l'extraversion.
    Tu trouveras des infos sur le site 16-types.fr, ainsi que sur mon micro site de recensement de profils http://yn77.free.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connaissais pas du tout l'existence du MBTI. Ca m'a l'air d'être plutôt fourni, et peut-être un peu compliqué pour une totale novice en la matière. J'ai vu récemment que certaines personnes mettaient maintenant leur profil MBTI sur leur compote LinkedIn ou sur le CV... Je ne sais pas si c'est une bonne chose d'autant chercher à se catégoriser (et de risquer de se faire juger par rapport à ça). Du coup je ne sais pas si je vais chercher à connaître mon profil, mais merci pour le tuyau !

      Supprimer
  7. Bonjour

    Ton article est très intéressant et je me suis beaucoup retrouvée dedans. Je suis également une personne introvertie (doublée d'une bonne dose de timidité), j'ai toujours vu ça comme quelque chose de négatif parce que c'est un peu ce que la société voudrait nous faire croire. En y réfléchissant, ce n'est pas vrai. Ce n'est pas une tare d'être introverti. Au contraire même !
    Mais j'ai voulu sociabiliser et honnêtement c'était chouette de passer du temps avec des proches. Cependant j'ai goûté en quelques sortes au revers de la médaille. Après m'être séparée de mon copain, je me suis rendue compte que je n'arrivais plus à être seule avec moi-même, l'introversion et la solitude me faisaient peur alors qu'avant je m'y sentais bien. J'ai justement regrettée de ne plus être aussi introvertie qu'avant.
    Être introvertie je vois ça positivement maintenant. Parce qu'au final on n'est pas aussi dépendant des autres que les personnes extraverties et on arrive à trouver de la satisfaction et du bien être ailleurs que dans le contact avec les autres. Et puis je trouve ça bien de prendre le temps d'être seule avec soi même pour se poser et réfléchir.
    Aujourd'hui j'en suis donc arrivée à un constat: j'aime passer du temps avec mes proches mais je veux pouvoir aussi être seule pour me retrouver et essayer de me sentir en paix avec moi même.
    Tout est une question d'équilibre propre à chacun mais parfois il est difficile de lutter contre sa nature.

    Je te souhaite bonne chance pour l'objectif que tu te donnes pour ton année scolaire (et désolée pour le 3615 je raconte ma vie ^^)

    Bises,
    Mathilde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mathilde, merci pour ton partage. C'est vrai que dans ce post, je ne parle pas vraiment de la perception des autres de notre introversion... Combien de fois me suis-je pris des remarques sur le fait de préférer telle activité à une autre... J'ai souvent eu l'impression de pas être "normale" ou en tout cas de pas être considérée comme telle, parce que j'avais pas spécialement envie de ça. Comme toi, j'ai fait quelques efforts pour me sentir au final mal-à-l'aise et contrainte. C'est surtout ça, la contrainte, que je ressens dans ces moments là.

      Autre chose, mon titre est un peu trop brutal "qui veut essayer de changer". Ca fait un peu comme si je ne supportais plus d'être introvertie alors que ce n'est pas vraiment le cas, j'ai plutôt envie d'atteindre une autre version de mon introversion. Parce qu'à l'heure actuelle, je sens un petit manque – je ne vais en aucun cas commencer à vivre la vie de fêtard de la plupart des personnes de ma promo ni à éviter soigneusement le calme et la douceur de ma petite bulle personnelle. Le manque que je ressens c'est la discussion et la rencontre. Je côtoie beaucoup de monde en dehors de chez moi, mais je fais parfois pas l'effort de discuter un peu, je me contente d'un rapport superficiel et j'ai horreur de ça. Je suis fière de ce que je suis, au niveau de ma personnalité etc, et je n'ai pas envie qu'on pense à tort que je sois comme-ci ou comme ça.

      Quelque part, en disant ça, je me prouve que je sais ce que je veux, je sais ce qu'il me faut pour me sentir bien... et peu de personnes peuvent en dire autant. Donc mon introversion m'est extrêmement utile, principalement pour me connaître, pour savoir prendre soin de moi-même etc. J'espère ne pas faire de faux pas pendant cette expérimentation cette année, pour voir si je peux un peu ajuster mon introversion, parce que sinon je risque de connaître, comme tu l'as fait, un éloignement de celle que je suis vraiment, ce qui risque d'être vraiment mauvais pour mon moral...

      Des bisous à toi ! A bientôt j'espère :)

      Supprimer
  8. Le titre de ton poste m'interpelle. Comme tu le racontes longuement, tu as toujours été une introvertie, et même si tu trouves que ça peut te peser parfois, tu as conscience de ce trait qui te caractérise si bien. Si ça peut te rassurer, sache que tu n'es pas seule à être ainsi, le monde est rempli d'introverti(e)s. Selon des études récentes, près de la moitié de la population serait introvertie. Alors pourquoi ce sentiment d'être différents des autres? Tout simplement parce que nous vivons dans un monde qui met en valeur l'extraversion, et que nous avons été influencé par un schéma sociétal qui favorise beaucoup l'extraversion. Mais ce sont juste une perception biaisée de la réalité. Il y a plein de gens comme toi dans ton entourage, peut-être à des degrés divers d'introversion, mais en tout cas, tu n'es pas seule. Et sache que tu n'as pas a renier ta nature, tu es comme ça, et c'est comme ça qu'on doit t'accepter. Et oui, tout comme toi, je ne me fais pas d'amis très facilement, il faut du temps, beaucoup de temps parfois pour s'ouvrir aux autres. Mais sache que les liens que tu vas réussir tisser avec les autres seront sans doute très solide dans le temps, parce que les introvertis sont parfois bien plus sensibles en ce qui concerne les relations humaines. On se connecte plus difficilement, mais on se connecte sans doute mieux!

    J'ai envie de dire que tu n'as pas à changer, il faut que tu reste toi-même. Bien évidemment, on évolue dans la vie, on s'ouvre peut-être plus facilement aux autres avec le temps, mais je pense que tu devrais assumer ta personnalité, c'est ce qui fait ta force et ta personne.

    Nelly a parlé plus haut d'un livre qui s'appelle la Force des introvertis, je pense qu'elle parle du livre de Susan Cain "Quiet: The Power of Introverts in a World That Can't Stop Talking". Je te le conseille vivement, ce livre m'a permis de mieux me comprendre, de percevoir le monde qui m'entoure différemment, et d'assumer ce que je suis. L'auteure a aussi fait une présentation lors d'une conférence TED, c'est facilement trouvable sur le net, tu verras que tu es parfaitement normale, et que tu dois être fière de ce que tu es.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire extrêmement positif, il m'a fait très plaisir. Je le rectifie juste dans le commentaire au dessus du tiens, mais le "changement" que j'espère n'est pas aussi majeur qu'on le croirait, c'est plutôt un ajustement de mon degré d'introversion, en fonction de ce que je ressens comme étant plus adapté pour moi à cette période-ci dans ma vie. Cette année a été plutôt éprouvante, et je crois que je me suis un peu trop terrée dans ma bulle, que je me suis un peu trop coupée... Alors j'ai besoin de me rééquilibrer, et je compte utiliser cette nouvelle année scolaire pour ça, pour mieux me définir.

      Comme toi, je pense aussi que la société stigmatise un peu les introvertis. Alors qu'ils sont sans doute plus nombreux qu'on le croit et pas du tout aussi "marginaux" et "malheureux" qu'on aurait tendance à le dire. C'est une façon d'être comme une autre, le principal étant qu'on se sente bien dans sa peau, et le fait que la société tende à ce qu'on aille vers le même type de personnalité (sociable, extraverti, etc...) ça fait que pas mal de ces introvertis en viennent à penser qu'ils ne sont pas "normaux" alors qu'il n'y a pas de norme !

      Merci encore pour ton commentaire vraiment positif, et à bientôt, j'espère. :)

      Supprimer
  9. Bonjour, je me retrouve dans ton récit, dans celui de tous les autres. ..finalement les introverti ont presque les mêmes points en commun. Cela me rassure moi qui croyais que j'étais pas normale à trop chercher ma bulle à tous autres contextes. Merci de partager tout cela ...Karima

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi également pour ce petit message, ça me fait plaisir de voir que ce billet peut rassurer bon nombre d'entre nous. :) Soyons fiers d'être à l'aise d'être qui nous sommes vraiment !

      Supprimer
  10. Je me suis moi aussi interrogée sur cet aspect de ma personnalité il y a quelques années, et le livre 'Introverti et heureux' m'a aidée à y voir plus clair. L'introversion n'est pas un défaut, mais un tempérament qui, selon l'auteure, ne se modifie pas et nous avons donc tout intérêt à apprendre à nous accepter ainsi, sans y voir une tare.
    Depuis, j'ai poursuivi ma réflexion car je sentais qu'il y avait chez moi une malaise en société qui n'était peut-être pas uniquement attribuable à l'introversion. Afin de m'aider dans ma réflexion, j'ai consulté une psychologue comportementaliste et ce fut très éclairant (une seule séance a suffit) : elle m'a dit que je faisais de l'anxiété sociale, ce dont je n'avais jamais entendu parler avant, et m'a précisé qu'il ne s'agit pas de la même chose que l'introversion (même si je suis à la fois introvertie et atteinte d'anxiété sociale). J'ai fait des recherches sur Internet (j'ai trouvé le site très étoffé de la Social Anxiety Institute) et me suis procuré un livre (Overcoming Social Anxiety and Shyness) dans lequel je me suis totalement reconnue.
    Peut-être que cela ne s'applique pas à toi, mais peut-être que oui (le fait que tu évites les regards me porte à croire que c'est le cas)...
    Bonne réflexion!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. A vrai dire, je ne sais pas, certaines choses me porteraient à croire que l'introversion n'est peut-être pas la réponse à tout. Peut-être devrais-je également consulter une psychologue pour en savoir davantage... J'y songe depuis un moment. Je sauterai sans doute le pas au courant de cette année, d'autant plus si je me sens à nouveau mal dans ma peau.
      Merci pour la réflexion :)

      Supprimer
    2. Si tu choisis de consulter un psy pour avoir des réponses, je te conseille une thérapie cognitivo-comportementale, et non une thérapie psychanalytique (longue durée, intervention limitée du psy... on s'écoute parler, donc c'est moins pertinent dans ce genre de cas). Personnellement, elle m'a posé un "diagnostic" en moins de trente minutes, après que je lui eu décrit comment je m'étais sentie lorsque mon nouveau copain m'avait présentée à son groupe d'amis (je sentais bien que ce n'était pas normal de se sentir ainsi dans tous ses états dans une situation aussi peu menaçante et c'est ce qui m'avait amenée à la consulter). Je lui ai dit que j'avais attribué cela à mon introversion, mais elle a insisté sur le fait que l'introversion en soi ne s'accompagne pas de ce genre de malaise. Si malaise il y a, c'est qu'il y a autre chose (comme l'anxiété sociale, un problème courant peut se manifester à différents degrés et qui se gère généralement très bien par un changement de discours intérieur). Encore une fois, bonne réflexion. :-)
      Christine

      Supprimer
    3. Merci Christine, je garde ça en tête, je vais peut-être commencer par des lectures pour jauger si j'arrive à mieux me comprendre ainsi ou si un psychologue est réellement nécessaire, auquel cas je ferais appel à une thérapie cognitivo-comportementale (je crois sincèrement que ça m'aiderait à comprendre pas mal de trucs sur mon comportement...).

      Supprimer

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !