mardi 30 juin 2015

Oh, la jalouse.

Quand on ressent beaucoup de ressentiment vis à vis des autres, il ne s'agit bien souvent que de nous. Le fait qu'on puisse se sentir irrité en présence d'une personne qu'on apprécie pourtant bien... On fait toujours beaucoup de comparaison, entre nous et les personnes qui nous entourent. On se dit qu'untel a l'air d'être bien épanoui dans sa vie, et qu'il en profite bien. Qu'unetelle fait preuve de fausse modestie, qu'en réalité elle n'a qu'une envie, c'est d'étaler ce qui la rend si joyeuse à la vue de tous, mais qu'elle fait preuve d'un peu de retenue, dans le but de laisser une décence apparente l'envelopper, l'immuniser contre les mauvaises langues – mais pas contre les mauvaises pensées. 

En vérité, quand on pense à toutes ces petites choses là qui nous piquent, nous font froncer du nez et des sourcils, c'est qu'on n'a pas suffisamment d'attrait pour notre propre existence dans le moment présent. 

En vérité, on se laisse aller à la contemplation de la vie d'une personne, activité pourtant fort déplaisante pour nous, simplement parce qu'on n'arrive pas à se regarder le nombril, parce qu'on ne le voit pas ou alors que sa vue nous donne envie d'hurler ou de chialer. 

photo : we heart it 
Au final, les autres, c'est que des distractions. On se distrait du principal et vrai problème, parce qu'il nous effraie, qu'on n'a pas envie de l'affronter ou qu'on pense qu'il n'a pas de solution. 

Chacune devrait être sa propre meilleure amie. Tu devrais t'occuper de toi comme si t'étais la prunelle de tes yeux. Que t'as pas envie de te laisser tomber. Que tu comptes pour toi et que tu peux compter pour les autres. T'es convaincue que t'as des choses à apporter au monde. T'es jeune, t'es jolie, t'as des qualités morales, t'as des talents cachés que tu ne te donnes plus la peine d'approfondir, simplement parce que tu penses que c'est peine perdue alors qu'en vérité, c'est simplement parce que tu ne t'y adonnes plus seulement pour te faire plaisir, alors que c'est ce qui devrait primer sur tout le reste. Tu ne t'y adonnes plus qu'en vue d'une finalité qui te hisserait un peu plus haut dans ton estime et celle des autres. 


Tu n'as pas compris que c'est à toi de te hisser plus haut et seulement dans ta propre estime, toute seule comme une grande, par la force de ta pensée, avant de pouvoir t'adonner à quoi que ce soit et de pouvoir enfin le faire en y prenant plaisir. 


Ca commence avec un tout petit pas et ensuite le monde autour de toi devient flou et toi, tu éclos comme une petite fleur, acceptant les rayons du soleil et la fine rosée matinale sans plus jamais t'en détourner, parce que tu sais que tu les mérites, tu sais qu'ils sont pour toi, tu sais que tu existes. 

Love, always.

2 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec toi, on pense toujours à la vie des autres et on les envie parfois au leu de voir que notre vie, que nous même on a surement une belle vie aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, la jalousie est souvent injustifiée, mais malheureusement, elle ne se contrôle pas.

      Supprimer

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !