lundi 15 juin 2015

Busy trying to participate

Qu'est-ce que j'ai bien pu faire pour ne plus rien poster pendant toutes ces semaines ? J'ai l'impression que ça ne fait que quelques jours depuis la dernière fois que j'ai écrit. Peut-être parce que je ne vois plus trop les journées défiler, en partie à cause du fait qu'elles se confondent avec les nuits. Je suis souvent crevée sans être crevée puis, quelques minutes après, en super forme. Et puis il fait chaud, il fait chaud... 

photo : giphy
Il reste en fait une semaine avant que ne débute mon stage d'été (qui dure 6 semaines, je compte déjà les jours qu'il me reste avant d'être à nouveau en vacances). Je lis un peu moins rapidement qu'avant, parce que mes journées ne sont plus du tout rythmées, et que je dois décider moi-même de consacrer du temps à la lecture, puisque je ne passe plus autant de temps dans les transports ou à faire des pauses. J'aime pas vraiment les vacances, c'est pas structuré, et ça me donne l'impression de perdre du temps à ne pas savoir quoi faire pour passer le temps. 

Enfin, bref. Cette nuit je n'ai pas dormi. Je l'ai passée à lire The perks of being a wallflower jusqu'à à peu près 3h du matin, avant de lancer le film, jusqu'à il y a quelques minutes. Je pense que je n'étais pas fatiguée parce qu'en rentrant samedi soir, je suis allée me coucher et j'ai dormi jusque 15h. Je suis complètement déréglée. Alors tout à l'heure, je vais à la piscine. Pour me fatiguer un peu. Et j'occupe ma journée en allant en ville. Histoire de revenir épuisée chez moi pour pouvoir m'endormir. 

Je ne fais pas grand chose de mes journées, en vérité. Je les passe à écrire, à écouter de la musique, à téléphoner à ma meilleure amie, à discuter sur le net. A jouer, un peu. Et à lire. Mais ça me prend beaucoup de temps parce que je ne sais jamais par quoi commencer, alors il y a une grosse période de flottement. 

Ces derniers jours ont été un peu éprouvants. C'est comme un gros relâchement après avoir passé tout ce temps à prendre sur moi et à me dire "Pas maintenant". Alors il y a certaines soirées que j'ai terminées en pleurant. D'autres en me posant des questions qui, je sais, n'ont pas de réponse. Mais qui me font mal quand même. Le reste du temps je me dis qu'il me manque quand même vraiment quelque chose. Ou alors qu'il y a vraiment un truc qui me dérange ou me perturbe. Je suis pas vraiment tranquille, alors même que je suis censée être en vacances. Je sais pas si je devrais essayer de trouver ce qui me pose problème ou bien me contenter de continuer à essayer de reprendre goût à toutes ces choses qui me suffisaient pour être bien il n'y a pas si longtemps. 

Parfois, j'ai vraiment l'impression de ne pas appartenir au même monde que tout le monde. Et j'ai l'impression de les regarder et de me regarder, alors qu'eux ne voient rien de ce qui les entoure, et que ça leur réussit bien, contrairement à moi. Moi j'aimerais bien ne plus être en stand-by. 

Love always.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !