jeudi 3 juillet 2014

Quitter le cocon familial

Chez mes parents, je me sens de plus en plus à l'étroit. Étouffée. De moins en moins l'envie de rentrer le soir, de passer du temps chez moi. L'espace de ma chambre ne me suffit plus. Je pense de plus en plus à mon avenir, aussi. A mon indépendance. Au moment où je prendrai enfin mes cliques et mes claques et trouverai le moyen de subvenir seule à mes propres besoins. 

Ma mère pense que c'est qu'un caprice. Et que je n'y arriverait pas toute seule. Que j'ai vraiment la chance d'avoir ma propre chambre pour être tranquille. Elle ne voit pas que je ne connais pas du tout la tranquillité. Faut voir les choses en face, famille nombreuse, nombreux frères et soeurs qui sont maintenant tous adolescents. Ils n'ont pas les mêmes objectifs que moi dans la vie. Leurs études ne leur tiennent pas vraiment à coeur. Ils se contentent du minimum afin de profiter de "la vie" du maximum en faisant le maximum de bruit. 
Parfois, j'ai vraiment l'impression qu'ils sont pas civilisés du tout. Qu'ils sont cons et qu'ils croient avoir toujours raison. Ils vivent n'importe comment et s'en contentent. Moi je n'y arrive pas. Je n'ai rien en commun avec ma famille. Un tempérament calme et solitaire comme le mien n'a rien à faire sur ce tableau. C'est lourd, pour moi, cette ambiance. Et c'est quelque chose que je vais peiner à expliquer à mes parents. 

Quoi qu'il en soit, ma décision a été prise il y a déjà plusieurs mois. J’échafaude un plan petit à petit pour arriver à mon objectif, avec des alternatives éventuelles. 

J'ai pas envie de laisser passer mes chances. J'ai pas envie de me sacrifier encore pour une famille qui me broie sans vergogne. Ce qui est vraiment terrible, c'est qu'en plus de penser que je ne serai jamais capable de vivre toute seule, ils pensent aussi que je n'ai rien du tout d'une fille sérieuse. Que j'demande plus de liberté afin de pouvoir mal tourner. Ils ne me font absolument pas confiance. Pourquoi devrai-je alors leur justifier mes prises de décision ? Ils ne me sont d'aucune aide. J'me sens vraiment rabaissée, dans ce milieu. Ma relation avec l'une de mes soeurs est même carrément malsaine. Elle croit me voir comme étant une petite fille prétentieuse et fondamentalement mauvaise alors que c'est exactement ce qu'elle est. Hypocrite, se servant des autres, faisant "genre" avec ses innombrables copines de lycée. Elle passe son temps à s'admirer, à raconter comment les garçons la voient et à s'occuper de son image pour sa vie sociale. 
J'suis pas bruyante et pas non plus friande de la foule. J'aime plus que tout me débrouiller toute seule, trouver mon propre mérite, et vivre sans trop de complications. 

C'est ce que je veux pour le prochain grand chapitre de ma vie. Et j'pense pas vouloir revenir en arrière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !