mercredi 19 mars 2014

Being single, whatever

(Cet article est en reconstruction)

Y a des choses qui ne changent pas. Des rapports aux choses qui restent les mêmes quoi qu'il advienne, quand bien même on s'évertuerait à moduler l'inconnue x de l'équation. J'comprends bien que je ne vivrai jamais le type de relation que j'envie parfois au sein des autres couples. Je n'ai d'ailleurs jamais vécu quelque chose de semblable. C'est le genre d'événement qui entre dans ma vie comme une goutte de nitroglycérine. Explosion de passion, et puis débris d'après guerre. C'est là où j'en suis, en ce moment. L'after

C'est tellement traitre quand tes narines frétillent au doux parfum fleuri du flirt. Au début c'est toujours un peu tout rose, tout excitant, voire cerclé des chaînons de l'interdit. C'est tellement attrayant, c'est vrai. C'est tellement traitre que j'ai fini par l'assimiler et ne plus être aussi réceptive aux voluptés. J'deviens pas difficile, j'deviens inaccessible. Comme si ça n'était plus de mon âge, comme si je ne buvais plus de ce thé là. 

J'me comprends et m'accepte, en quelque sorte. J'n'entends plus forcer quoi que ce soit d'advenir envers et contre tout. Ces histoires se terminent toutes de la même manière, et je connais cette fin avant même que ça ait commencé. Je n'en ai plus envie. Je ne suis plus du tout attirée. J'ai un peu peur que ça tourne à l'aversion totale, mais voilà, c'est le stade où ça en est, à peu près. 

Ca fait partie du fait que j'commence vraiment à savoir ce que je veux -- ou plutôt et surtout ce dont je ne veux pas. Et je ne veux plus me rebeller contre mon propre système. J'sais très bien ce que j'attends de la vie, ce que j'attends des gens qui entrent dans la mienne. J'n'ai vraiment plus envie de goûter les saveurs des alentours, ce qui fleurit sur ma propre voie devra me contenter, et je me montrerai beaucoup plus attentive à tout ce qui constitue mon petit monde de vieille ado. 

L'amour, je l'ai jamais trouvé. Mais j'me suis beaucoup perdue en le cherchant. Inutile de gaspiller davantage de temps, si les choses sont réellement écrites, il saura où me trouver. 


2 commentaires:

  1. Si jamais les choses sont écrites, il ne faut pas non plus trop attendre, faut être acteur de son histoire tu sais. Y prendre part, d'une façon ou d'une autre. Et puis sourire beaucoup, faut pas être une fille chiante et grise qui ne sourit jamais.

    R.
    http://linconstance.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
  2. Avant d'entrer dans le vif du sujet, je tiens à te renouveler mon admiration quant à ta façon d'écrire. Tu exprimes tellement bien les choses que ça force l'admiration.
    "Explosion de passion, et puis débris d'après guerre." est un passage tellement juste au niveau de ce que l'on peut ressentir au sujet de l'amour.
    Je suis désolé pour toi que l'homme charmant n'ai pas été suffisamment perspicace et avenant pour te tendre une rose sans qu'il ne subsiste la douleur causée par les épines. Je rejoins un peu le commentaire précédent en ce sens où l'on est plutôt spectateur de l'amour en attendant d'être sollicité pour faire partie d'une histoire. reste qu'avec les mésaventures, les invitations ressemblent à une nouvelle opportunité de désillusion. Mais il y aura toujours au fond de toi cette petite étincelle qui continuera d'y croire et d'attendre la bonne personne. Je te le dis car je n'ai eu que deux relations ; la première aura duré près de 4 ans et lorsqu'elle s'est finie, j'ai tenu des propos bien plus virulents que les tiens. Une conviction profonde que plus jamais je ne confierai mon coeur. Et au bout u compte, sortie de nulle part, j'ai eu la chance de rencontrer cette jeune femme qui partage ma vie depuis bientôt six ans déjà. Ne jamais dire jamais, surtout quand on a envie de le dire ;)

    RépondreSupprimer

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !