samedi 4 janvier 2014

Fin des terreurs nocturnes ?


En relisant certains passages de mon blog --je ne sais jamais si une chose en vaut vraiment le coup, et ceci étant également valable pour mes activités bloguesques, je me sens parfois dans le besoin de vérifier l'utilité des choses que je fais souvent, ce qui explique aussi pourquoi je réorganise si souvent ma chambre etc etc... j'aime bien ranger ma vie, ce qui ne signifie pas que j'aime la routine, mais plutôt que chaque chose qui se produit a besoin de trouver sa place dans ma vie et ne pas être fourrée dans un sac que je tire derrière moi...-- je me suis rendue compte d'une petite chose que j'avais plus ou moins oubliée au vu de l'état actuel des choses. 

Je me suis rendue compte que je ne faisais plus de cauchemars. Et que mon sommeil n'était même plus agité. Il était même plutôt lourd, maintenant, et très réparateur, je me sens revigorée chaque matin et me tirer de mon lit est devenu une tâche extrêmement difficile. 

Pourtant, il y a quelques semaines encore, je m'en plaignais, de ces nuits cauchemardesques, courtes, et terriblement épuisantes. Je ne m'en plaignais d'ailleurs pas seulement sur mon blog, mais également auprès de mes proches, surtout concernant le fait que mes cauchemars étaient particulièrement effrayants. Et puis parfois je dormais particulièrement mal et je n'avais aucun souvenir de ce qu'il s'était passé dans mon sommeil. Au point de penser que je n'avais pas dormi. Mais que ce soit dans un cas où dans l'autre, le même sentiment affligeant m'habitait au réveil. 

Je décrivais ça quand même de manière assez explicite, je disais que c'était même carrément flippant, du genre vivre du paranormal activity la nuit, ne plus du tout profiter de mon sommeil, et puis être en mode "choquée" toute la journée qui suivait. 

Je me souviens même avoir regardé sur le net comment faire pour dormir paisiblement parce que ça me dérangeait tellement que je n'osais plus vraiment aller dormir.

Une terreur nocturne est une parasomnie consistant en un trouble paroxystique et spectaculaire du sommeil survenant en début de nuit et en phase de sommeil lent profond. Le sujet a ensuite une amnésie complète de l'épisode. La terreur nocturne se rapproche du somnambulisme. Cependant, elle est très différente du cauchemar qui survient plutôt en fin de nuit, en phase de sommeil paradoxal et dont le sujet garde le souvenir.

J'avoue que je ne sais toujours pas si c'était un mélange de cauchemars et de terreurs nocturnes, ou si c'était juste le premier. Et puis j'ignore également pourquoi j'étais poursuivie par ces cauchemars durant toute cette période là. Je sais pas. 

Toujours est-il que c'est le calme après la tempête. Un calme récent, un peu sources de questionnements parce que je ne sais pas non plus d'où me vient ce soudain bien-être, tout est subconscient, n'est-ce pas. Mais un calme agréable ; je pense que je n'ai jamais autant apprécié dormir dans mon lit. 



2 commentaires:

  1. Coucou ! Je suis contente d'avoir de tes nouvelles ! Je te souhaite une très bonne année 2014. Bon courage pour tes cours <3

    RépondreSupprimer
  2. PS : je commente peu et c'est très mal, mais je passe à chaque fois que je vois un nouvel article ! :)

    RépondreSupprimer

Aux anonymes : ne pas oublier de signer.
Je réponds aux commentaires portant sur l'article ici !